A la découverte de l’île aux belles eaux, la Guadeloupe : mon circuit en 13 jours !

Nous avons tous les mêmes images dans la tête, les eaux turquoises, les plages arborées de superbes palmiers, les saveurs de rhums,… Mais la Guadeloupe est bien plus riche et vaste que ça. Il vous faudra donc faire des choix. Plus encore, lorsqu’on ne dispose que d’une dizaine à quinzaine de jours. Je suis partie plus exactement 13 jours et 12 nuits au mois d’avril avec une idée tête : voir un maximum de choses. Ce qui est, je dois vous l’avouer, loin d’être reposant mais super enrichissant. Je vais donc vous expliquer les choses au jour le jour pour que vous puissiez, je l’espère, vous inspirer et pourquoi pas piocher quelques idées pour votre séjour.
Afin d’établir au mieux mon petit programme, je me suis permise de contacter une passionnée locale, devenue depuis une amie et dont je suis attentivement la page « Excursions Guadeloupe avec Monique ». Son site regorge de conseils et organisations touristiques qui m’ont beaucoup aidée. N’hésitez d’ailleurs pas à y jeter un œil !
La première chose à déterminer lorsque vous organisez votre voyage en Guadeloupe, c’est choisir l’endroit de votre logement. Selon moi, deux solutions sont possibles. Soit vous posez vos valises dans la petite ville du Gosier : endroit stratégique à Grande-Terre et qui est très proche également de Basse-Terre. Cela vous permet de ne pas perdre trop de temps sur les routes lors de vos diverses balades. Une deuxième solution, tout aussi sympa, est de loger quelques jours du côté de Grande-Terre, à St Anne, Le Moule ou encore Morne-à-l’eau pour ne citer que celles-ci. Et ensuite embarquer votre baluchon pour Grande-Terre du côté de Deshaies, Bouillante, ou encore Trois Rivières. Très franchement, quel que soit votre choix, vous trouverez de nombreuses possibilités de logements, en chambres d’hôtes, locations à la semaine ou autre (à condition de vous y prendre à l’avance bien sûr, surtout si vous êtes en haute saison).
Pour ma part, j’avais choisi de loger au Gosier, et suis partie au fur et à mesure des jours sur les routes de Gwada avec ma voiture de location selon mes envies. Remarque importante, pensez à louer une voiture cela vous permet d’effectuer toutes les petites virées que vous souhaitez en toute liberté. Selon moi, c’est vraiment la meilleure manière de visiter l’île.

Jour 1 : Départ Paris arrivée Pointe-à-Pitre.
Le vol est assez long, neuf heures à peu de chose près. Donc vous vous en doutez, à l’arrivée, nous sommes nazes. Direction l’hôtel Fleur d’épée au Gosier. Ce dernier est assez bien situé, au calme dans le cadre d’un jardin verdoyant et sur la plage. Pour ceux qui le souhaitent, on peut y loger en demi-pension ou encore en All-in ce qui n’est pas très habituel sur l’île. Nous arrivons tard, alors après avoir reçu notre cocktail de bienvenue nous ne nous faisons pas prier pour aller rejoindre les bras de Morphée. Nous ferons nos curieux demain.

Jour 2 : Saut de la lézarde (Cocoyer) et halte à Brasserie de la lézarde.
Première randonnée du séjour, direction Basse-Terre. On n’oublie pas l’équipement complet du bon randonneur : bonnes chaussures, bouteille d’eau et surtout son K-way ! Nous sommes en avril, une petite pluie-éclair n’est pas à exclure. Après l’effort, le réconfort. Alors on fait une petite pause bien méritée non loin de là, à la Brasserie de la Lézarde, située dans le village du Vernou. Vous ne le regretterez pas !

Jour 3 : Plage du Gosier et son îlet.
Le deuxième jour, j’avoue je lézarde… Oui bon elle est nulle mais elle était tentante. On profite d’une jolie petite plage, celle du Gosier. Juste en face de celle-ci, se trouve l’îlet du Gosier, la vue est canon. Vous pouvez vous rendre sur l’îlet en question soit à la nage, pour les plus courageux, soit en petit bateau. Des embarcations sont disponibles assez fréquemment pour vous y rendre. Comptez 5 euros aller-retour pour aller sur ce site protégé.
Je jette mon dévolu sur un petit resto qui ne paie pas de mine, tout coloré et dont le nom est bien choisi : « Entre terre et mer ». Les jus de fruits, particulièrement melon, sont à tomber sans parler des accras de morues et du colombo de poulet… Ensuite, si le cœur vous en dit (et la digestion aussi) n’hésitez pas à aller piquer un petit roupillon sur la plage. Attention toutefois à ne pas vous installer sous les arbres, où les pélicans gris font la loi (d’où le nom de l’endroit), vous seriez rapidement baptisés. Comme dessert, régalez-vous avec un sorbet coco, les vendeurs sont souvent présents près de la plage. Gourmandise locale… et rafraichissante.

        Jour 4 : Journée à Petite Terre.
Direction la marina de St François de bonne heure. A bord d’un catamaran à voiles, direction Petite Terre, une réserve naturelle où vous aurez l’occasion d’admirer la faune et la flore aquatique caribéenne. On m’avait promis des rencontres spectaculaires et je n’ai pas été déçue. Selon moi, c’est vraiment l’excursion immanquable à faire en Guadeloupe. Un petit barbecue est servi sur la plage, des bananes flambées au rhum en dessert, miam ! Comptez un bon 80 euros par personne pour la journée. Cela peut paraître cher, mais croyez-moi ça vaut vraiment le détour !

Jour 5 et 6 : Escale sur l’archipel des Saintes via Trois Rivières.
Stop on arrête tout et direction l’île sur laquelle le temps semble s’être arrêté. Départ en bateau depuis Trois rivières ou depuis Pointe-à-Pitre, selon les envies. La traversée est plus longue depuis Trois Rivières, alors si vous êtes malades en mer, optez peut-être pour l’autre option. Vous pouvez visiter les Saintes version sportive ou encore farniente, à vous de voir. Mais sachez qu’il fait sur place encore plus chaud qu’en Guadeloupe alors on pense aussi à s’économiser et à s’hydrater. Des excursions sont également organisées à la journée pour ceux qui voudraient la faire en mode plus express.

Jour 7 : Petit tour dans les marchés de Pointe à Pitre – marché artisanal de Sainte Anne.
Très typique mais aussi très touristique, direction le marché de la Darse, place de la victoire à Pointe à Pitre. Épices, rhums et alcools typiques tels que le « bois bandé » (je laisse votre imagination faire le reste) y sont les rois. Près du port, se tient également un marché aux poissons, un marché de fruits et légumes. Près de l’Eglise, un petit marché aux fleurs non dépourvu de charme.
Si vous en avez l’occasion, le marché artisanal de Sainte Anne, non loin de la plage, réserve lui aussi quelques belles surprises.

Jour 8 : Randonnée de la Soufrière (volcan) – Bains jaunes et Cascade aux écrevisses.
A faire tôt et avec une météo clémente, la soufrière est vraiment impressionnante. Il ne faut pas forcément être sportif pour s’y rendre (la preuve je l’ai fait et je suis toujours en vie). Une fois la montée et la descente effectuées, prélassez-vous un moment aux Bains jaunes, un bassin naturellement chauffé grâce à l’activité volcanique. Sur la route du retour, au bord de la route de la traversée, au milieu du parc international, faites une halte à la cascade aux écrevisses, très accessible et où l’on peut se rafraîchir.

Jour 9 : Malendure (Bouillante) – îlet Pigeon – Réserve Cousteau.
Un, deux, trois, à vos rames ! Direction la plage de Malendure, où l’on a l’occasion de louer un Kayak à 25 euros la demi-journée chez Gwada Pagaie. Après une petite demi-heure de « navigation », vous arrivez à l’îlet sur lequel vous pouvez pratiquer le snorkeling à souhait. Pour ceux qui ne sont pas fans de la rame, vous pouvez également parcourir une partie de la réserve Cousteau en bateau à fond de verre. Comptez 25 euros pour 1 heure et quart de promenade.

Jour 10 : Randonnée à Bras de fort.
Direction Goyave pour cette randonnée à l’issue de laquelle vous tomberez sous le charme de sa magnifique cascade, le saut de Bras de fort. Baignade et jolis clichés sont en rendez-vous après environ une quarantaine de minutes de marche. Prévoyez de bonnes chaussures étanches, vous devrez traverser la rivière quelques fois.

Jour 11 : Le parc des Mamelles – Le jardin botanique.
Journée à l’ouest de Basse-Terre, ne partez pas trop tard pour combiner les deux sites à votre aise. Direction la route de la traversée, dans le Parc national et premier arrêt au parc des Mamelles (environ 15 euros l’entrée), lieu de promenade pédagogique et de préservation où la faune est mise à l’honneur. Après cela, continuez votre route vers Deshaies, à 20 kilomètres de là, pour continuer votre escapade dans le jardin botanique, splendeur de l’île où cette fois c’est la flore qui est reine.

    

Jour 12 : Grand cul-de-sac marin.
Sortie en mer dans la réserve naturelle du Grand cul-de-sac marin. Départ cette fois depuis le petit port de Baie-Mahault, de bonne heure bien sûr. Direction une épave sur laquelle vous pouvez vous rendre avec palmes et tuba. Petit repas créole servi à bord du bateau, et plongée au bord de la barrière de corail pour ceux qui le souhaitent. Telles sont les activités proposées pour cette sortie dans le lagon caraïbes. Un dernier plongeon dans les eaux turquoise avant de prendre la route du retour…

Jour 13. Pointe à Pitre – Paris.
Toutes les bonnes choses ont une fin, paraît-il. Alors c’est à bord d’un avion Corsair (j’ai testé Air caraïbes, très bonne compagnie également, même si mon cœur balance plus vers Corsair) que nous prenons la route du retour, direction la métropole, des souvenirs plein la tête.