Porto, itinéraire d’un citytrip réussi!

Façades colorées sur le Duro, « doux » chants des mouettes, un zeste de porto et de bacalhao, je suis, je suis… A Porto !

Ce petit bout de ville est un nid à bonnes surprises. J’avais lu à plusieurs reprises qu’on avait vite fait le tour de cette dernière et qu’on pouvait même s’y ennuyer. Et bien je me vois dans l’obligation de contredire ce flot de commentaires négatifs. Je n’y suis restée que trois jours, mais cela aura amplement suffit pour me charmer. Je suis en effet conquise !

  • De l’Aliados à la Ribeira

Première journée ! Direction bien sûr l’Avenida dos Aliados. Véritable exposition de façades style Beaux-Arts, on a clairement l’impression d’effectuer un voyage dans le temps. Même si certains éléments modernes viennent nous faire quelques piqures de rappel. Je pense ironiquement au Mac Donald de la place de la liberté qui s’est adapté au bâtiment gardant ainsi tout son cachet de début XXe. Une petite pause photo s’impose devant le magnifique hôtel de ville dont la tour culmine sur la place de ses 70 mètres de haut. Les autorités locales ont d’ailleurs choisi cet endroit pour placer les lettres de la ville devant lesquelles tous les voyageurs s’empressent de poser.

 

 

A cet endroit, n’hésitez pas à prendre un verre au Monumental Café. Espace aux allures clairement guindées puisque attenant à un hôtel haut de gamme. Le décor du bar et la cheminée nous donnent l’impression de replonger dans les années 30. Il est assez plaisant de caresser du regard cette ravissante place de la liberté avec son verre de Super Bock à la main, la bière locale. Ou avec sa cup of thee si vous souhaitez la jouer moins décalé.

 

Ensuite, direction la mondialement connue librairie Lello. Située à quelques rues de là, cette entreprise familiale depuis 1903 connait un franc succès. D’une part grâce à son décor enchanteur mais également pour son histoire. En effet, cette dernière aurait inspiré l’auteure d’Harry Potter, J.K Rowling. Chose que l’on reconnait aisément lorsque l’on entre dans cet endroit. Une verrerie magique au plafond, un escalier tout droit sorti d’un conte pour enfants, sans oublier toutes les miniatures ornant de monumentales étagères. Comptez 5 euros l’entrée. Somme que vous pouvez déduire sur l’achat d’un livre si vous le souhaitez. Petite mise en garde, il y a une file dans la file ! Je m’explique. Avant de faire celle qui vous permettra d’entrer dans la libraire, une autre doit être entamée pour acheter le billet. Plusieurs personnes ont malheureusement fait la queue pour rien suite à ce manque d’information…

 

 

 

Non loin de là, allez admirer l’église do Carmo. Vous ne pouvez pas la louper, cette dernière est recouverte d’azulejos bleus. Magique ! Retournez ensuite sur vos pas pour traverser un charmant petit jardin d’oliviers situé en hauteur. Il est d’ailleurs bordé d’une terrasse assez sympa. Vous arriverez ensuite à la tour dos Clérigos. Haute de 76 mètres, cette dernière, de style baroque cette fois, domine la ville depuis plus de 300 ans. On peut y entrer et en gravir les 225 marches. Mais je vous avoue que la faim étant bien présente, j’ai préféré passer mon tour afin d’aller casser la croute.

 

 

J’ai ainsi jeté mon dévolu sur un petit resto niché au cœur d’une ruelle derrière la gare Sao Bento : le Tapabento. Les murs de pierres décorés de figures de poissons vous inviteront à la détente. Cette adresse fonctionne principalement avec les tapas à base de bruschettas ou encore de cevices. Des produits frais servis en toute décontraction, le mélange idéal pour s’imprégner des lieux.

 

 

Une fois l’estomac bien rempli, redescendez vers la gare. Un régal pour les yeux cette fois ! Ce ne sont pas moins de 20 000 azulejos qui retracent les grands moments historiques et ferroviaires de la ville.

Pour ceux qui ne le savent pas, les azulejos sont plus qu’un élément décoratif au Portugal. Il s’agit d’une identité artistique. Petits carreaux de faïence peints à la main, le plus souvent dans des tons bleus et blancs. Ceux-ci offrent tout le faste d’endroits tels que les églises, les gares, ou encore quelques façades de maisons.

 

Rejoignez ensuite les quais de la Ribeira, classés depuis 1995 au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour ce faire, empruntez la rue das Flores. Celle-ci est connue à la fois pour ses façades mais aussi pour son street art. C’est d’ailleurs dans cette dernière que quelques artistes vendent leurs œuvres. Joli souvenir de la ville à emporter avec vous si vous le souhaitez.

 

Une fois sur les quais, vous prendrez sûrement un bon bain de foule avant de rejoindre le pont Dom Luis I. Ce dernier construit à la fin du XIXe siècle a un petit côté Eiffel qui n’est pas pour nous déplaire. Traversez le pour rejoindre l’autre côté de la rive. Plusieurs jeunes vous demanderont quelques pièces pour effectuer des sauts périlleux. Un peu surprise et inquiète au début, j’ai vite compris qu’il s’agissait là d’un folklore local.

 

Une fois de l’autre côté, direction les caves de Calem. Il serait aberrant voir scandaleux de quitter Porto sans en goûter le doux breuvage ! Depuis 1859, celle-ci est une des principales caves exportatrices de Porto. Comptez 13 euros l’entrée pour commencer votre visite par un musée interactif assez bien ficelé. Ensuite, vous en apprendrez plus encore avec un guide qui vous fera découvrir les chais en vous informant autant sur la typologie que sur la culture des vins de la vallée du Douro. Petit clou du spectacle, la dégustation de deux ou trois verres de portos différents afin de mieux savourer les arômes jusque-là fantasmées durant la visite guidée.

 

Enfin, la journée arrivant tout doucement à sa fin, une pause s’impose. La terrasse lounge à 360 degrés du Porto Cruz est l’endroit idéal où faire escale. Cocktail à la main, vous pourrez admirer une vue imprenable sur Porto et le Douro. Avec une ambiance à la fois chic et décontractée, de la bonne musique et quelques téléphériques au-dessus de vous, vous vous laisserez aller à la rêverie tout comme moi.

 

 

Enfin, si vous souhaitez finir votre soirée sur les quais en dégustant les plats typiques de Porto, rendez-vous au Bacalhoeiro. Spécialiste en poissons et fruits de mer, vous en sortirez rassasiés et ravis !

 

  • Porto côté plage

Le plus souvent les visiteurs l’ignorent, mais l’on peut tout à fait associer un séjour à Porto avec une petite parenthèse balnéaire. En effet, cette dernière est une ville bordée par l’Atlantique, ce qui donne lieu à de magnifiques panoramas sur rochers ou sable jaune. Après avoir traversé la plus longue avenue de la ville, celle de Boavista, direction le château de Sao Fransisco Xavier (aussi appelé le château du fromage, en raison de sa forme). Longez ensuite la mer afin de rejoindre le centre-ville tout en prenant un bon bol d’iode. Si vous n’êtes pas un grand marcheur, je vous recommande de faire l’avenue Boavista en taxi ou encore en bus. Vous risqueriez de vous retrouver avec quelques kilomètres au podomètre. En bord de plage, le restaurant praia da luz vous offrira une pause gustative, le tout avec une magnifique terrasse vue sur mer. Les plats sont moins bon marché que dans le centre, mais comme je vous l’ai dit, vous apprécierez le paysage.

 

 

Ayant passé cette deuxième journée à flâner en bord de mer, je souhaitais retourner dans le centre de Porto pour la finir en beauté. Sachez que vous pouvez regagner ce dernier en tram, tout à fait typique, comme c’est souvent le cas dans les villes portugaises. Enfin, prenez de la hauteur en allant vous perdre dans les petites ruelles de la Ribeira. Encore me direz-vous ! Oui je sais, mais je suis vraiment tombée amoureuse de cet endroit. Préparez donc vos petits mollets pour partir à la découverte d’une des plus importantes cathédrales de Porto : Sé. Surplombant un mélange conséquent de petites rues accompagnées de leurs escaliers médiévaux, cette dernière, mi-forteresse, mi-lieu de culte est l’endroit même où sa majesté Henri le navigateur fut baptisée. Vous pourrez également profiter d’une vue magnifique sur le Duro.

 

 

 

 

Enfin, pour clôturer cette journée de marche, retournons dans le quartier de notre arrivée, l’Aliados. C’est en effet à cet endroit que se trouve mon restaurant coup de cœur du séjour : le Flow ! Derrière une façade assez commune se cache un établissement où élégance rime avec gastronomie. Une carte bien fournie, des assiettes magnifiquement garnies, un service souriant et aux petits soins. Sans oublier la décoration, rien n’est laissé au hasard dans cette ode à l’excellence.

 

 

 

  • Porto version shopping

Avant de reprendre notre vol de retour, un peu de shopping ! Il est évident que les souvenirs par excellence sont les sacs ou autres éléments décoratifs faits en bouchon, du Porto ou encore des hirondelles en faïence. Ces dernières sont des porte-bonheur que vous pourrez accrocher à la façade de votre maison.

Pour ceux que la foule n’impressionne pas, direction la rue Santa Catarina. La version portugaise de la rue Neuve de notre capitale, pour la comparaison. Vous y trouverez de nombreux magasins et surtout un endroit devenu un incontournable du coin : le Café Majestic.

Ce café était le lieu de rendez-vous de la haute aristocratie portugaise au début du XXe siècle. L’endroit n’a pas changé. C’est d’ailleurs ce qui en fait tout le charme. Les boiseries travaillées style Beaux-Arts et les petits chérubins souriants surplomberont les assiettes qui vous seront apportées par les serveurs vêtus au style de la belle époque… Un véritable flashback dans l’œuvre littéraire Gatsby le Magnifique. Ne vous attendez pas à une nourriture excellentissime, c’est surtout le charme de l’endroit qui vaut le détour. Pour les fans d’Harry Potter, sachez que J.K Rowling en avait fait son QG lorsqu’elle vivait à Porto. Enfin, information importante, il n’existe aucune possibilité de réservation. Une file est donc souvent présente devant le Café Majestic. Prévoyez un chapeau ou encore une ombrelle si vous voulez vous la jouer plus vintage.