Deux jours et une nuit sur l’archipel des Saintes

Nous quittons assez tôt notre hôtel au Gosier, direction Trois Rivières en Basse-Terre. De là, on prend le bateau à neuf heures pour se rendre aux Saintes (20 euros aller-retour), un autre petit coin de paradis. Les départs peuvent aussi se faire depuis Pointe à Pitre, la durée du voyage en mer y est moins longue mais personnellement j’avais bien envie de passer par les routes de Basse-Terre. Depuis le Gosier, vous suivez Pointe-à-Pitre, ensuite Petit-Bourg, Goyave, Capesterre-Belle-Eau et enfin Trois-Rivières. Ne vous étonnez pas de croiser plusieurs bœufs accompagnés de leur pique-bœuf le long des routes… Ça fait partie du décor local. Enfin, je dis « les » routes, mais il faut savoir qu’en Basse-Terre, il y a surtout deux routes principales : celle qui fait le pourtour de l’île et celle qui traverse le Parc national de Guadeloupe, à savoir la route de la Traversée.

         

Une fois arrivés à Trois-Rivières, on se gare près des embarcations. Un parking est mis à la disposition des voyageurs voulant se rendre aux Saintes pour un ou plusieurs jours. 5 euros la place donc tout à fait abordable. Vous pouvez bien sûr faire une visite organisée à la journée pour vous y rendre depuis votre hôtel. C’est une question de goût et de préférence. Une fois la traversée terminée (environ 20 minutes), on débarque au port où vous pouvez louer scooter ou voiture électrique. Mon doudou et moi avons choisi de le faire à pieds mais attention, il faut s’accrocher. La marche est rude aux Saintes et la chaleur est très importante, étrangement, encore plus qu’en Guadeloupe même. Alors surtout, on pense au chapeau, à la protection solaire et à l’eau. En cas d’oubli, une supérette et un bar sont présents à la sortie du port. Une fois sur place, à vous de voir ce qui vous inspire le plus : le côté historique avec le fort Napoléon (où paradoxalement Napoléon III n’a jamais mis les pieds. Pas grave les iguanes se chargent de le surveiller). Où le côté plus cool, direction la plage du Pain de Sucre pour y faire du kayak ou encore du snorkeling. Envie de farniente ou d’un piquenique ? Direction celle de Pompierre. Soyez toutefois vigilants car les petits cabris veillent au grain et n’hésiteront pas à fouiller vos sacs à la recherche de nourriture.

         

Avec mon chéri, nous avons décidé de louer une habitation pour passer la nuit sur place, ce qui nous a permis de découvrir deux restaurants au top ! Nombreuses locations sont disponibles via Booking, mais de nouveau prenez-y vous bien à l’avance si vous êtes en haute saison, question de ne pas tomber que sur les logements les plus chers. Première halte gustative au bord de la mer et les pieds dans le sable, non loin du port au restaurant  Le triangle. Langouste grillée, poulpe grillé, accompagnés d’une purée de patate douce et papaye, une tuerie… Sans parler du planteur, le meilleur que j’ai pu boire sur tout mon voyage. La deuxième table à laquelle nous avons fait escale le lendemain : Le débarcadère, vaut aussi le détour, menu créole au top… La boutique attenante y vend de jolis souvenirs dont de magnifiques bijoux : j’ai personnellement craqué pour des boucles d’oreilles en forme de tortue : mon coup de cœur ! Ne quittez pas non plus les Saintes sans avoir gouté aux « Tourments d’amour », spécialité locale à base de pâte brisée et de confiture de coco (cela existe aussi à la confiture de goyave et de banane). Le goût de cette gourmandise est aussi délicieux que son histoire. On raconte que les femmes saintoises préparaient à l’époque cette pâtisserie dans l’espoir de faire revenir leurs maris partis depuis trop longtemps en mer… Comment ne pas craquer ?